Rencontre créateur #2 : Teinture sauvage

Connaissez-vous Céline de la jolie marque Teinture sauvage ? Elle teint ses fils à la main avec des couleurs végétales et, avec ses fils, j’ai réalisé la broderie de mon débardeur en lin. Céline, je la suis depuis un petit moment maintenant et j’admire son travail. J’avais très envie de découvrir un peu plus son univers grâce à ce blog et à la nouvelle catégorie d’articles que je propose ici : les rencontres créateurs.

Lire la suite de « Rencontre créateur #2 : Teinture sauvage »

Publicités

Le retour aux balades et à la botanique

_MG_6613

Ce fut encore un joli jour de repos. Il y avait un vide-atelier chez Cécile de l’Atelier Camelir. Une belle occasion pour redécouvrir son univers mais aussi une bonne excuse pour une douce balade à la montagne. Depuis le retour du printemps, des feuillages et des fleurs, le retour à la broderie et à la botanique, cela me donne des envies de balades et de découvertes.

_MG_6655

La montagne est si prometteuse de tout ça. De découvrir des espèces qui ne poussent ou ne se promènent que là-haut, au sommet. Alors j’ai pris ma palette d’aquarelles, mon presse-fleur et ma flore dans mon sac-à-dos et je suis partie à la rencontre de ces lieux que je ne connaissais pas.

_MG_6537

Ce fut une journée reposante et apaisante. Je me suis baladée dans les villages où j’ai vu des chiens en liberté, des gens qui vivotaient sous la chaleur, où j’ai senti la glycine et le linge étendu dehors aux effluves de lessive, où j’ai entendu le chant des oiseaux à l’orée de la forêt, le son des cloches des vaches dans les champs et le « bzzzzz » des abeilles. J’ai eu envie de m’arrêter à chaque mètre parcouru dans les sous-bois. La fraicheur et cette odeur si particulière.

_MG_6556_MG_6560

Et puis j’ai atteint ce lac. Cette étendue d’eau sans l’ombre d’un mouvement, se réchauffant sous le soleil et personne. Personne aux alentours. Pas l’ombre d’un bruit dérangeant. Juste le pépiement des oiseaux et le bruit du vent dans les feuillages. Des fleurs seules et d’autres en bonnes compagnies. J’ai sorti mes crayons et mon pinceau et j’ai fait quelques esquisses à finir à la maison.  Et puis il a fallu rentrer, redescendre.

_MG_6582_MG_6585_MG_6592_MG_6597

_MG_6627
Les traces du MOOC botanique dans mes notes

_MG_6686

C’est cette après-midi-là que je me suis rendue compte que la nature, le retour aux fleurs me rendaient vraiment heureuse. Quand je suis redescendue de la montagne et que je me suis sentie triste, d’entendre à nouveau tous ces bruits de ville. C’est cette après-midi-là que j’ai su que je voulais vivre dans la montagne. Un peu plus loin de la civilisation. Avec des fleurs au jardin, un potager et des animaux à qui rendre visite le soir, au retour du travail. C’est cette après-midi-là que j’ai pris conscience de ce que je voulais devenir.

Note : si vous souhaitez participer au Mooc Botanique c’est ici et c’est jusque fin mai. C’est gratuit et incroyablement instructif ! Allez- y !

Des fleurs et des bisous.
Noémie.

Rencontre créateur #1 : L’Atelier Camelir

Sous le pseudo de Camelir se cache Cécile, une créatrice qui travaille le cuir et la porcelaine principalement. Elle les travaille indépendamment ou bien elle les assemble. J’ai découvert ses petits boutons dans la petite boutique de tricot d’Ana (Lanae). Très vite, j’ai remarqué ses autres activités et je suis tombée sous le charme.

Un jour, elle m’a proposé de venir à son atelier pour récupérer des boutons. J’ai saisi l’occasion de la rencontrer et de découvrir son univers qui, je le sentais, allait faire écho en moi.

J’ai roulé durant de longs kilomètres jolis pour monter jusqu’au petit village de montagne où se trouve son atelier. J’ai eu l’impression d’être en vacances, d’explorer les alentours. Le soleil était présent, sa chaleur se ressentait à travers les vitres. J’ai croisé des promeneurs et me suis arrêté quelques instants pour prendre des photos de la vallée et respirer le bon air frais. J’ai croisé le printemps de nombreuses fois et j’étais heureuse.

_MG_6176

Je suis finalement arrivée après avoir croisé de nombreuses fermes, de jolies maisons de pierre, des champs à perte de vue et des montagnes biscornues. Je suis rentrée dans l’Atelier et ça sentait bon le cuir. Dans toute la pièce, les effluves de ce parfum brut. Dès que je suis entrée, je me suis sentie comme dans un cabinet de curiosités. Tout était beau à regarder. Les plantes vertes, les pièces de cuir sur la table, les fleurs séchées, les prototypes un peu partout, les boutons.

   

Je me suis évadée durant quelques heures. Des minutes comme suspendues.

Nous avons discuté de tout, de rien, de nous. Ses boutons sont en porcelaine, elle m’a appris le long processus de réalisation. Derrière ces petites choses il y a énormément de travail. Il n’y a que lorsqu’on connait le travail de la porcelaine que l’on peut se rendre compte de la tâche accomplie. Elle est comme toutes les créatrices. Beaucoup d’en-cours et d’envies et toujours trop de peu de temps pour les réaliser.

Des anses de sac, des ceintures, des kits créatifs, des sacs en cuir… Le mélange des matières. Le naturel du lin, le côté brut du cuir, la légèreté de la porcelaine, la volupté des fleurs séchées. Les créations réussies, ratées, en essais, à développer.

J’ai cru encore un peu plus à de multiples vies en une seule. J’ai cru en l’avenir et en ce qu’il pourrait m’apporter. Cécile est d’une gentillesse inouïe. J’ai passé un après-midi apaisant. Le retour à la circulation a été un peu brutal, comme si on m’arrachait à ce cocon.

Je me suis sentie bien dans ces montagnes. J’ai eu envie d’y vivre. Je ne souhaitais pas en partir. Cela a fait écho à mes pensées. A ce que je m’imagine quand je pense à vivre dans une vieille maison en pierre dans la montagne avec un potager et des chèvres. Aujourd’hui, c’est ce dont j’ai envie. Même si cela implique de se créer de nouvelles habitudes, une nouvelle façon de vivre. C’est ce à quoi j’aspire au plus profond de moi.

_MG_6114

Cette « rencontre créateur » a eu beaucoup de résonance en moi. Un sens de l’esthétisme qui me parle, le rêve de vivre de la création, un environnement naturel.

Je remercie du fond du cœur Cécile de m’avoir accueilli dans son atelier et pour sa générosité.

Des boutons et des bisous.
Noémie.

La pochette de voyage pour crochets

Cela faisait un moment que l’idée d’une pochette pour crochet faite à la main me trottait dans la tête. Quelques mois déjà. Et puis, avec l’achat de ma nouvelle machine à coudre, de nouvelles possibilités se sont ouvertes à moi et j’ai eu envie de m’y plonger un peu plus. Envie de faire quelque chose qui me plaise et qui me ressemble.

J’ai beaucoup réfléchi. Pour savoir ce qui me faudrait comme emplacements, ce dont j’avais besoin lorsque je crochète. Pour savoir quels tissus j’utiliserai. Pour savoir quel rendu je voulais. J’ai fait beaucoup de croquis pour, finalement, arriver à ça :

_MG_5954

Lire la suite de « La pochette de voyage pour crochets »

Podcast crochet #2 et tutoriel pochette fantaisie

Bonjour à tous,

Je tiens à vous remercier pour vos gentils mots sur mon premier podcast. J’avais vraiment pris du plaisir à le tourner alors je me suis lancée dans le deuxième avec, encore, un peu d’appréhension.

_MG_5445

Lire la suite de « Podcast crochet #2 et tutoriel pochette fantaisie »

Le week-end au goût pomme-cannelle.

_MG_0499

« Comme quoi ! on change en vieillissant ! »

C’est la phrase que mon papa m’a dit l’autre jour. On discutait de future maison, de nos envies, de nos journées. Et puis, on lui a dit avec Chachou qu’on ne voulait pas vivre en ville. Aussi loin que possible. Qu’avant, la ville j’adorais ça mais qu’aujourd’hui je souhaitais m’en éloigner. Il a dû être surpris évidemment puisqu’il y a quelques années, je ne jurais que par elle. Mais non, tout ça c’est fini.

Lire la suite de « Le week-end au goût pomme-cannelle. »

What’s in my bag ?

_MG_9976Qui dit café tricot, dit sac tricot. Pour ne rien oublier et parce que mon sac à main ne peut pas accueillir tout mon petit bazar, j’ai eu envie d’avoir un sac exprès pour cela. Auparavant, je mettais mon ouvrage dans un petit pochon en lin mais mon châle commence à prendre de plus en plus de place.

Et aujourd’hui, je vous fais un petit « What’s in my bag? » un peu particulier pour vous montrer mon petit nécessaire à tricot. Prêts ?

Lire la suite de « What’s in my bag ? »