Quand la lumière décline

Un dimanche. En fin de journée. Alors que la lumière décline, nous sommes partis sur les chemins de la ville d’à côté pour profiter de l’air plus frais.

Nous avons joué des coudes pour savoir qui aurait le plus de place sur le trottoir. Nous nous sommes arrêtés au dessus du petit pont pour entendre l’eau s’écouler de la montagne. Nous avons été insouciants pendant une heure. Le temps de s’évader. Le temps de ne penser qu’à nous deux. A nos projets, à notre amour, à ce que nous avons déjà construit et à tout ce qui nous attend…

Les ruelles étaient désertes. Nous n’étions que tous les deux. Nous avons quitté les écrans pour le plaisir de discuter, pour blaguer, pour rire. Pour se retrouver. Les semaines défilent à une vitesse folle et on oublie parfois l’essentiel.

La lumière était magnifique. On a eu peur de vieillir mais puisqu’il le faut bien, on a imaginé les plans de notre future maison idéale. Les exigences sont telles qu’elles sont.

On a fini la journée, les fenêtres grandes ouvertes, l’air frais qui entre dans la pièce à mesure que le jour tombe. On entendait les oiseaux chanter et le ruisseau d’à côté. On avait juste envie que le temps ne s’écoule plus et qu’il nous offre un moment de répit avant la véritable fin du week-end.

Et c’est lundi. Le temps reprend son cours. On retourne à nos obligations.

Vivement vendredi soir !

De la douceur.
Noémie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s